Google Chrome va bannir bloqueurs
La société passera à une nouvelle plate-forme pour les développeurs Manifest v3. Cela affectera beaucoup, mais l’essentiel est que désormais les utilisateurs de navigateurs privés ne pourront pas utiliser de bloqueurs de publicités

Google passe à une nouvelle plate-forme

La société prévoit de supprimer progressivement les extensions Chrome Manifest V2 et de passer à Manifest V3. Ce dernier est en phase finale de développement.

Dès janvier 2022, le Chrome Web Store cessera d’accepter les extensions qui fonctionnaient sur Manifest v2. Et à partir de janvier 2023, la prise en charge des bloqueurs de publicités prendra fin et l’interface précédente sera supprimée. La nouvelle plateforme implique des exigences techniques différentes : les développeurs passeront de l’API webRequest à la nouvelle API déclarativeNetRequest. Avec lui, Google bloquera les actions indésirables des extensions. Les bloqueurs de publicités relèveront également de la distribution. Ainsi, la nouvelle API permettra aux extensions d’appliquer jusqu’à 30 000 filtres. Cela ne suffit pas pour fonctionner, même avec la liste de règles de base des bloqueurs de publicité EasyList.
Réactions des utilisateurs

Google Chrome est un navigateur avec une audience énorme de 2,65 milliards d’utilisateurs, et les extensions de blocage des publicités populaires gagnent collectivement jusqu’à 50 millions d’installations, ce qui représente environ 2% du nombre total d’utilisateurs. Naturellement, le public n’est pas satisfait des innovations : la publicité se glissera de partout, et les développeurs et les systèmes de recommandation s’enrichiront de l’attention des utilisateurs.

Peut-être que Google s’attend à un certain taux de désabonnement des utilisateurs. Bien qu’il y ait aussi des partisans de la nouvelle politique :

Ivan Bessarab
Chef d’équipe de développeur de logiciels pour iPhone, iPad et Mac chez Innit.inc

Il semble que les exigences de la nouvelle plate-forme visent à rendre difficile l’accès des développeurs aux blocs d’annonces des sites et au contenu téléchargeable en général. Ainsi, les utilisateurs de Chrome avec AdBlock et des extensions de blocage des publicités similaires seront confrontés à un dilemme : rester dans Chrome et regarder des publicités, ou passer à un autre navigateur sans restrictions de plug-in. Ce serait un grand coup pour moi d’essayer Safari.

 

Mais pour certains utilisateurs, les extensions continueront de fonctionner.

Par exemple, Google estime que les entreprises clientes doivent être « protégées » de la publicité : il n’y a rien pour que les employés soient distraits du travail.

Les utilisateurs ordinaires ne peuvent compter que sur les développeurs qui recherchent déjà des moyens de contourner les restrictions. Il n’y a pas encore de solution, mais certaines vont certainement apparaître.



1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Write A Comment